2.7.17

Prologue (5/8) - #5

Comme dans toutes sociétés, de tout temps, on retrouve des marginaux, anarchistes, qui sont ne sont pour autant pas une menace suffisante pour que les plus hautes institutions s'y intéressent. Parmi eux, traînant dans les contrés boisées d'Armelia, il existe un petit trio robuste, que les autorités locales peinent à maîtriser.

A la tête de ce trio, j'en suis. Orphelin, ayant soif d'aventure et pratiquant la magie comme personne, je ne me suis jamais considéré comme chanceux bien que je suis aujourd'hui libre de toute contrainte.
Malgré une famille adoptive suffisamment riche, je n'ai pas intégré les meilleurs écoles.. On me considérait davantage comme un trouble fait, débordant d'énergie mais d'une arrogance sans limite.
En autodidacte, j'ai apprit les rudiments de la magie sur le tas, en faisant justice moi-même, ce qui irrita les autorités du royaume d'Armelia. Cette réputation néfaste fit de moi que le faire-valoir de ma famille adoptive qui ne pouvait accepter une telle humiliation. Ceux que je devais considérer comme mes parents me rendirent bien cette offense, et ne cessèrent de me battre, ou de me séquestrer jusqu'à ce que je réussisse à s'enfuir.
C'était monnaie courante pour moi, cela ce produisait deux à trois fois par mois, jusqu'au jour où j'ai pu estimer que j'étais suffisamment expérimenté pour vivre par mes propres moyens, bien que ma résidence dans cette famille ne me sembla pas si différente de ce que j'allais pouvoir vivre en tant que vagabond.
Après ma fugue, il y a six ans, à l'âge de sieze ans, je me construit ma propre éducation, plongé dans les livres de magie trouvés et étudiés dans toutes les bibliothèques du royaume.
Toujours en quête de savoir, je rêve encore de retrouver les ouvrages perdus de l'Ardem Bible.

[PRÉCÉDENT] < > [SUITE]

Feedbacks :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire